Baignade Biologique Publique

Pour faire suite à un double leg, la commune de La Chapelle Saint Sauveur souhaitait aménager depuis 2001, une baignade publique sur un terrain communal à proximité du bourg. Situé proche du ruisseau de la Ranche, ce terrain suivait une légère pente, occupé en partie basse par une peupleraie en fin de vie.

Une étude de faisabilité (Arpège), suivie d’une étude de programmation (Green, Concept, 2005), soulignent le besoin d’un équipement qui s’intègre au paysage rural et qui requalifie les abords du ruisseau aux berges dégradées.

Après avoir envisagé une piscine traditionnelle, les élus se sont tournés vers une baignade biologique, ne nécessitant pas les mêmes contraintes d’apport en eau. Les performances environnementales et la capacité d’intégration paysagère de ce type de baignade a fini de motiver ces choix.

Aménagement

Le bassin de baignade, accompagné d’une zone de filtration et de deux zones de régénération, a été implanté de manière la plus naturelle possible dans la topographie du terrain. Une noue de galets a été aménagée entre la baignade et la pente du terrain pour retenir et drainer les eaux de pluie.

La baignade est accompagnée de plages engazonnées, d’un terrain de beach-volley, d’une promenade de découverte, d’une buvette et de sanitaires. Des aires de stationnement ont été aménagées à proximité, elles respectent la perméabilité des sols.

Les berges du ruisseau ont été requalifiées : redessinées, aménagées et plantées, elles participent à l’assainissement des eaux de la source du lavoir et à l’aménagement d’ensemble des lieux. Le site adopte résolument une ambiance champêtre, avec notamment la préservation d’arbres existants, l’utilisation de végétation d’essences locales et de matériaux respectant cet esprit naturel et rural (empierrement, clôtures agricoles, garde-corps).

Le cycle de régénération de l’eau

L’eau du bassin de baignade est pompée depuis 4 groupes de skimmer (aspiration par écrémage de surface) et envoyée dans la zone de filtration ; celle-ci se compose de trois filtres de gravier étagés, et de végétaux. Les granulats pouzzolaniques retiennent la matière organique qui, minéralisée par le milieu bactériologique non pathogène, est absorbée par les plantes épuratives, au même titre que les nitrates et les phosphates (cycle de l’azote).

Depuis la zone de filtration, l’eau ainsi épurée se déverse ensuite par débordement dans le bassin de baignade 30 cm plus bas. De part et d’autre du bassin, deux zones de régénération sont plantées de végétaux ornementaux qui participent à l’équilibre biologique du milieu ainsi qu’à l’attrait paysager de l’aménagement.

L’eau de baignade est par ailleurs oxygénée par des jets, qui montrent également un véritable intérêt ludique. Des buses de refoulement brassent l’eau des zones peu profondes pour éviter toute stagnation.

Ce processus, en circuit fermé, permet le recyclage de l’eau toutes les 27 heures. Le bassin n’est jamais vidangé.

Entretien

L’entretien est partagé entre la commune et la communauté de communes. Trois employés ont été formés pour assurer cet entretien. D’avril à septembre, une personne à temps plein s’occupe de la baignade.

Le maître d’ouvrage a signé un contrat d’objectifs de qualité des eaux sur la base d’analyses physico-chimiques, avec la direction départementale des affaires sanitaires et sociales de Saône-et-Loire (DDASS), transférée depuis janvier 2010 à l’ARS (agence régionale de la santé).
La baignade écologique présente de grandes qualités environnementales : elle ne rejette aucun produit chimique dans la nature.

Elle constitue un milieu vivant, riche écosystème qui s’intègre parfaitement à son environnement, tantôt bassin de baignade agréable, tantôt simple plan d’eau.

Achevé en 2008, le site est ouvert à tous gratuitement et connaît un succès important. L’aménagement a été récompensé aux Victoires du Paysage 2010 par une victoire d’or (catégorie collectivités < 2 500 hab.).

Ouverture de la baignade :


Du 15 juin au 15 septembre environ (dates approximatives en fonction des conditions météorologiques)
Horaires : de 11h00 à 20h00, fermeture à 19h00 à partir du 1er août
Fermeture hebdomadaire le lundi
Accès libre
Baignade non surveillée

2018 : la Baignade est fermée depuis le dimanche 2 septembre au soir. Article JSL

Quelques chiffres :

Chronologie
2004 : étude de faisabilité par Arpège (69)
2005/2006 : études techniques
Mars/Sept. 2007 : travaux de réalisation
2008 : ouverture au public
2010 : lauréat d’or aux Victoires du Paysage 2010
Coût
660 000 € ht baignade et bâtiment uniquement
1 M € ht (y compris aménagements de l’agorespace, du ruisseau et des espaces de stationnement)
Financement
• 60 % État (Dotation de Développement Rural )
• 15 % Bresse Nord Intercom’
• 15 % commune de La Chapelle-Saint-Sauveur
• 10 % conseil régional de Bourgogne
Surfaces traitées
Terrain 14 000 m2
Baignade biologique 2 000 m2 dont 1 300 m2 pour la zone de baignade et 700 m2 pour la zone de filtration